Banner

Des perspectives sombres sur le long terme

Les perspectives en matière de fabrication d’énergie solaire et renouvelable européenne sont très sombres si les produits chinois à prix faible continuent d’inonder les marchés européens et mondiaux.

 

Le plan quinquennal

Les ambitions à long terme chinoises de devenir le leader mondial en production de panneaux solaires photovoltaïques sont clairement indiquées dans le plan quinquennal actuel. Un plan quinquennal est un élément clé dans la planification centralisée de l’État, mis en œuvre dans un premier temps en Union soviétique et d’autres pays. Le « Plan » réglemente la répartition des ressources entre les différents secteurs et fixe des règles en matière de redistribution. La République populaire de Chine utilise des plans centraux depuis 1953. Le 12e plan quinquennal de la République populaire de Chine actuellement en vigueur est valable de 2011 à 2015 et contient un plan concernant le secteur spécifique de l’industrie photovoltaïque. Il fixe des objectifs ambitieux :

 

  • Les entreprises de silicium devront produire 50 000 tonnes par an et les fabricants de cellules de premier plan devront dépasser le cap des cinq gigawatts. Le gouvernement prévoit que la plus importante entreprise photovoltaïque va générer des revenus de 100 milliards de yuans, plus de 12,5 milliards d’euros, d’ici la fin du présent plan quinquennal. En outre est stipulée l’obligation qu’au moins % des matériaux utilisés dans la fabrication doivent provenir de Chine.
  • Le plan quinquennal fixe également des objectifs sur les coûts de production pour la prochaine décennie. Les coûts du kilowatt, grâce auxquels un panneau est fabriqué, sont fixés pour être ramenés à, convertis en euros, 0,87 € du kilowatt d’ici 2015. D’ici 2020, l’objectif est de fabriquer à seulement 0,62 € du kilowatt. Cela peut sembler réaliste, cependant cela n’explique pas pourquoi aujourd’hui en Europe il est possible d’acheter des panneaux chinois pour 0,47 € du kilowatt. .

 

Il est évident que le gouvernement chinois ne va pas facilement renoncer à ses ambitions de soutenir la production solaire photovoltaïque nationale dans l’avenir. La Chine a déjà investi d’énormes ressources dans le plan photovoltaïque, et dispose de beaucoup plus à allouer pour avancer les objectifs fixés dans le plan quinquennal.

 

Le monopole chinois s’impose-t-il pour toutes les énergies renouvelables ?

L’industrie solaire photovoltaïque n’est pas le seul secteur en difficulté. La Chine met également en péril d’autres producteurs européens de matériaux et systèmes d’énergie renouvelable, tels que les éoliennes. Si l’Europe n’agit pas maintenant, l’une après l’autre, les industries clés cesseront bientôt d’exister en Europe.

 

Le danois Vestas, premier constructeur mondial d’éoliennes, a enregistré une perte l’année dernière pour la première fois depuis 2005. Ses parts de marché ont chuté de 28%en 2007 à tout juste 12,% l’an dernier. Quatre des dix plus grands constructeurs de turbines sont maintenant chinois, notamment Goldwind en deuxième position. Source : Global Post, 7 avril 2012

 

Deux fabricants d’éoliennes chinois cherchent à lancer des offres publiques d’achat visant le numéro un mondial Vestas Wind Systems, selon le quotidien danois Jyllands-Posten. Le deuxième plus important fabricant d’éoliennes chinois Xinjiang Goldwind Science & Technology Co et Sinovel Wind Group a évoqué cette possibilité avec un certain nombre de banquiers d’entreprise après une chute des actions de Vestas, a déclaré Jyllands-Posten, citant des financiers d’entreprise danois non identifiés. Source : Reuters, 16 Avril 2012


Des perspectives inquiétante à long terme ?

La République populaire de Chine a reconnu que les technologies environnementales, en particulier l’industrie photovoltaïque, sont parmi les secteurs les plus dynamiques. À l’aide de pratiques commerciales déloyales, la Chine cherche maintenant à générer des parts de marché en Europe et pourrait bientôt jouir d’un quasi-monopole sur la technologie photovoltaïque. Si cette tendance n’est pas stoppée, l’Europe risque de perdre son industrie la plus dynamique et la clé d’une richesse énergétique durable.

 

Scénario

    • Si l’Europe perd son industrie photovoltaïque, des centaines de milliers d’emplois vont disparaître dans l’industrie, le commerce et les échanges commerciaux. Puisque l’emploi est parfois le plus fort argument en politique, on peut s’attendre à ce que le sentiment d’acceptation de la promotion de cette technologie dans les sphères politique et publique diminue considérablement. Cela va ralentir la transition énergétique, si ce n’est l’arrêter totalement ; un scénario catastrophe pour l’objectif d’un approvisionnement énergétique durable européen, mortel pour l’Homme, l’environnement et le climat.

 

    • Si la technologie solaire photovoltaïque quitte l’Europe pour la République populaire de Chine, l’Europe va entrer dans un nouveau rapport de dépendance. Le dumping est simplement un moyen permettant d’arriver à une fin : si la Chine devient de fait un monopole, les prix finiront par monter, comme l’objectif chinois en créant cette nouvelle industrie est manifestement de générer des profits à terme. L’innovation sera également touchée, comme il n’y aura plus d’impulsions positives en provenance de l’industrie solaire européenne.

 

    • Les systèmes de financement européens pour l’utilisation de l’énergie solaire vont continuer à s’écouler vers la Chine. Les prix de dumping chinois sont une raison pour de nombreux clients de choisir leurs produits, par conséquent, les investissements réalisés dans les systèmes de financement profitent indirectement aux producteurs chinois. Encore une fois, cela pourrait conduire à une volonté d’acceptation beaucoup plus basse en ce qui concerne la politique de systèmes de financement. En fait, c’est ce qui est en train de se produire et en 2012, certains pays de l’UE réduisent déjà les systèmes de tarifs d’achat (FITs). Auparavant, les prix s’alignaient sur les tarifs d’achat (FITs), désormais les tarifs d’achat (FITs) s’alignent sur les prix.

 

Preview